Projet de recherche “GENDER ARP”: une étude transnationale France – Canada – Belgique

Addiction, risques et rétablissement dans un contexte de précarité sociale : comment mieux prendre en compte les situations et besoins complexes en prenant en compte le genre et les différents âges de la vie

Investigateurs principaux : Karine Bertrand (Canada), Marie Jauffret-Roustide (France) et André Lemaitre (Belgique)

La littérature existante sur les usagers de substances psychoactives (SP) est principalement centrée sur les hommes, qu’ils soient liés à leur consommation de SP ou à leurs pratiques sexuelles, en lien avec les risques de transmission de maladies infectieuses. Ce focus a souvent donné lieu à la création de services avec une approche biomédicale, qui accordent peu de place à la prise en compte des vulnérabilités diverses des usagers de SP ou à celle de leurs capacités personnelles. Les profils et pratiques des femmes usagères de SP ne sont que rarement étudiés du fait de leur faible visibilité dans les structures de réduction des risques et les services d’addictologie. De même au regard des minorités sexuelles et de l’étude des addictions aux différents âges de la vie.

Les trajectoires d’intégration sociale des usagers de SP, tout comme leurs trajectoires de consommation de SP, d’une part, la notion d’environnement du risque et d’intersectionnalité ainsi que l’intégration du stigma et des interactions dynamiques des multiples identités sociales, d’autre part, nécessitent d’être davantage étudiées pour améliorer les interventions visant à répondre aux besoins spécifiques de la diversité des usagers, notamment liés au genre et aux moments de vie.

Le projet GENDER ARP vise à améliorer la compréhension du rôle du genre et de l’âge sur l’usage de drogues, les risques pour la santé et les trajectoires de soin, de façon à produire des connaissances pour le développement de services intégrés qui adresseront les besoins complexes des usagers, sur les plans social et sanitaire. Etude transnationale entre le Canada, la France et la Belgique, le projet propose de:

1) identifier les vulnérabilités et capacités spécifiques des personnes avec un TLS qui font face à la précarité sociale, en lien avec les trajectoires d’usage de substances au cours de la vie et des comportements à risques associés ;

2) comprendre les trajectoires de recours aux services et de soin au cours de la vie dans cette population, en lien avec les trajectoires d’usage de substances et les comportements à risques associés ;

3) guider le développement de services intégrés sur le long terme qui adresseront davantage les besoins complexes de cette population.

Pour plus de détails, rendez vous à la rubrique Recherche et sur le site dédié du projet GENDER ARP

Décloisonner la gestion des drogues : vers une approche axée sur le développement

Série d’ateliers en ligne – Novembre 2020 à juin 2021

Les liens entre drogues, développement durable et droits humains constituent une problématique émergente des débats scientifiques et politiques internationaux autour des substances psychoactives. Pourtant, malgré une recherche florissante et des initiatives de terrains prometteuses, la question de l’articulation entre les recours aux drogues, la question des droits humains, du lien social et des modifications économiques, politiques, sociales et culturelles induites restent peu appréhendées du moins marginale des discussions inter-acteurs en France.  Cibles de l’Agenda 2030 des Objectifs de développement durable, la problématique des drogues est plus que jamais plurielle et multidimensionnelle. L’environnement socio-économique et les positionnements sociaux des acteurs usagers et/ou participant au commerce illicite constituent désormais des facteurs explicatifs centraux des recours aux drogues. Des réalités que la récente pandémie de la Covid-19 a accentué.

Le réseau D3S est l’un des premiers acteurs de recherche à avoir donné une visibilité à ces questions en France. Associé à l’initiative Daleth research – (Drug policy AnaLysis, Evaluation & THinking), Médecins du Monde, et en coopération avec la plateforme d’échanges internationaux consacré, le Drugs and Development Hub, le réseau a co-organisé une série de 6 ateliers thématiques « Décloisonner la gestion des drogues : vers des approches axées sur le développement » (nov-2020- juin 2021) afin de mieux appréhender cette articulation.

Faisant intervenir des chercheurs francophones, des experts internationaux, et des acteurs de la société civile et du secteur privé, ces ateliers ont permis d’engager cet agenda de recherche et d’élargir la base de connaissance francophone dans une démarche pluridisciplinaire et inter-acteurs autour des thématiques suivantes :

  • Atelier 1 – Savoirs et méthodes : De la multi-dimensionalité des drogues
  • Atelier 2 – Interstices nationaux : Faire du développement « sans le savoir » – Tour d’horizons des expériences locales françaises
  • Atelier 3 « Perspectives croisées » Les défis socio-économiques liés aux drogues Terrains d’outre-mer et étrangers
  • Atelier 4 – Défi mondial : Vers une approche axée sur le développement et les droits humains : Innovations et instruments stratégiques au niveau international
  • Atelier 5 « Perspectives régionales » L’économie illicite des drogues en Afrique Vulnérabilités et intersectionnalités en pays francophones.

Pour les programmes et plus d’information, merci de cliquer ici

2e Congrès Travail, santé et usages de psychotropes – 13 et 14 novembre 2017

Trois ans après le Congrès « Addictologie et travail » , sa deuxième édition aura lieu les 13 et 14 novembre prochains, et aura pour thème :

« Travail, santé et usages de psychotropes; liens entre l’organisation du travail, la santé et les usages de psychotropes : si on en parlait? »

Organisé avec le soutien de la MILDECA, ce congrès est porté conjointement par l’association « Addictologie et travail » (Additra), la Fédération Addiction et l’Institut de recherche et d’enseignement sur les maladies addictives (IREMA). Le CSO (Centre de sociologie des organisations), le CNRS (Centre national pour la recherche scientifique), l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales), l’INCA (Institut nationale du cancer), le Cnam, Sciences Po et l’Université Paris XIII sont également partenaires du Congrès.

Comme en 2014, ce 2ème congrès veut s’employer à quitter le plan des confrontations médico-sociales et juridiques et faire dialoguer la recherche avec les acteurs du secteur économique (employeurs, salariés, équipes pluridisciplinaires de santé au travail, préventeurs) afin de développer de nouvelles stratégies d’action. Posé comme cadre de ce congrès, ce dialogue doit permettre de valoriser autrement les connaissances existantes et de développer de nouvelles stratégies d’intervention et de recherche sur les interrelations « travail », « santé » et « usages de substances psychoactives ».

La problématique « addiction et travail » se construit généralement sur la figure de l’alcoolique chronique et sur les états d’ivresse et les troubles à l’ordre productif. Cette perspective ignore les multiples effets recherchés par les professionnels, hommes et femmes, tous niveaux de responsabilités confondus, dans leurs recours aux psychotropes.

Afin d’éclairer les liens, souvent invisibilisés, entre l’organisation du travail et les consommations de psychotropes professionnelles,le congrès étudiera les divers usages et leurs multiples fonctions. L’équation dominante « consommation de psychotropes = risque » est une vision réductrice des effets des produits, du soin et de la prévention. L’usage de substances psychoactives peut constituer une ressource efficace pour faire face aux épreuves du travail et face à ses risques.

Pour informations : site du congrès

Colloque interdisciplinaire – « Salles de consommations de drogues à moins risque – Regards croisés sur une expérimentation » – 7-8 novembre 2017

L’Université de Rennes organise un colloque interdisciplinaire les 7 et 8 novembre :

« Salles de consommations de drogues à moins risque – Regards croisés sur une expérimentation »

Le colloque portera sur La politique de lutte contre les drogues, plus précisément la politique de réduction des risques liés à la consommation de drogue. La loi du 26 janvier 2016 relative à notre système de santé a autorisé, à titre expérimental, l’ouverture de salles de consommation de drogues illicites à moindre risque (trivialement nommées « salles de shoot ») dans des villes désignées par arrêté ministériel. Inédit en France et très controversé, le dispositif, prévu pour une durée maximale de six ans, donnera lieu à une double évaluation scientifique afin notamment d’en déterminer la pérennisation. C’est dans ce cadre nouveau que deux espaces de ce type ont d’ores et déjà été ouverts successivement à Paris et Strasbourg à l’automne. La France rejoint ainsi un mouvement international qui s’affirme progressivement, notamment dans plusieurs de nos voisins européens et au Canada. Les espaces considérés doivent accueillir des « usagers de drogue » présentant deux caractères : d’une part, la pratique de l’injection (plutôt notamment que l’inhalation), d’autre part, une particulière vulnérabilité. Ces critères techniques formulés par la norme juridique tiennent à la fonction du dispositif : il est destiné à assister une population dont la grande marginalité la tient à l’écart des actions sanitaires et sociales déjà en place. Concrètement, dans ces espaces, l’injection pratiquée par l’usager de drogue sera supervisée par un agent de la structure en même temps que les conditions matérielles d’hygiène, des lieux et du matériel, seront garanties. Le but est simple : réduire les risques qui s’attachent aux pratiques de ces usagers lorsqu’elles se déroulent dans l’espace public ou semi-public – rue, cour d’immeuble… L’accompagnement proposé poursuit des finalités de deux ordres : d’une part, réduire les risques en termes de santé publique, d’autre part, réduire les risques en termes d’ordre public. Ces deux ordres de finalités se déploient l’un et l’autre sur deux niveaux : ils visent la personne de l’usager de drogue mais également la collectivité entière (par exemple, la lutte contre les risques infectieux en protège la population générale en en protégeant chaque usager en particulier). Ainsi conçues, les salles de consommation à moindre risque participent de l’approfondissement d’une politique déjà bien engagée dans le champ de la lutte contre les drogues et les addictions : la réduction des risques. Comme cela vient d’être relevé à propos des salles de consommation à moindre risque, cette politique se veut pragmatique : il s’agit d’accompagner des pratiques constatées pour en diminuer les incidences nuisibles. Ce faisant, cette politique s’articule difficilement avec le modèle premier et encore dominant en la matière : le modèle prohibitionniste. Reposant notamment sur la liaison de la répression pénale et de la médicalisation de la consommation de drogues illicites, le modèle prohibitionniste poursuit un objectif autrement radical : l’éradication des drogues, notamment par le sevrage ou l’abstinence des usagers effectifs ou potentiels.

Mardi 7 novembre

  • Expérimentations étrangères de SCMR
  • Entre limites du modèle prohibitionniste et résistances à la politique de réduction des risques
  • Prolégomènes : Angles de la pratique
  • Quels acteurs pour quelles actions ?

Mercredi 8 novembre

  • Espace et temps, entre rupture(s) et continuité(s)
  • Autonomie personnelle, principe et limites
  • Internormativité et distribution du pouvoir dans la Cité
  • Perspectives d’évolution de la politique de la lutte en matière de drogues

Lieu : Amphi 3 Faculté de droit 9 rue Jean Macé à Rennes

Inscription obligatoire

Toutes les informations ici
Télécharger le programme complet

https://www.federationaddiction.fr/agenda/colloque-sur-les-salles-de-consommation-a-moindre-risque/

Journée nationale de la Fédération Addiction – 24-25 mai 2018

“Homme augmenté, des paradis artificiels à l’intelligence artificielle. Quels changements de paradigme ?”

Les Journées Nationales de la Fédération Addiction réunissent chaque année près d’un millier de participants issus du secteur social, médico-social et sanitaire (médecins, chercheurs, universitaires, psychologues, travailleurs sociaux, infirmiers, partenaires du droit commun, institutionnels…). Cette manifestation constitue un moment fort du secteur de l’addictologie, offrant à travers les ateliers et conférences, un espace unique d’échanges et de retour d’expériences sur les pratiques professionnelles.

24-25 mai 2018 – Cité des Sciences et de l’Industrie – Paris

L’actuelle évolution des usages accompagne la diffusion des nouvelles technologies et du numérique : banalisation et précocité de l’usage d’écran, cyberaddiction, accès facilité aux substances, Nouveaux Produits de Synthèse, intensité et recherche de performance au travail, dans le sport…Les révolutions n’en finissent plus d’impacter nos modes de vie, jouant de la frontière entre réel et virtuel, comme l’illustre la réalité augmentée.
A l’ère du Big Data, quelles applications en matière de prévention (outils dématérialisés, applications…) de soin (patient 2.0), de réduction des risques, d’insertion ? Quelles nouvelles articulations entre les acteurs du champ des addictions ?
Cette édition 2018 s’attachera, dans un lieu dédié aux sciences et tourné vers le futur, à réfléchir aux mutations à l’oeuvre dans les usages et les comportements et à inventer de nouvelles réponses.

preprogramme-jn-2018

S’inscrire

Conférence publique sur la régulation du Cannabis

9 février 2018, Genève : Conférence publique internationale sur la régulation du cannabis en collaboration avec l’université de Genève, Réseau Drogues & sociétes et Fédération Addiction

Argumentaire : 

Dans le débat public, la question de la réglementation du cannabis prend forme. Partant du constat que la guerre contre la drogue et ses consommateurs entraine plus de dommages qu’elle ne permet de protéger les populations, plusieurs territoires sont sortis de la prohibition. Depuis, la vague verte déferle sur la planète. En Suisse, plusieurs initiatives proposent de rejoindre ce mouvement global, alors qu’en France c’est la question de la dépénalisation qui est discutée.

Face à de telles évolutions, les acteurs des politiques publiques en matière de drogue ont de nombreuses interrogations : Quels sont les buts visés par la réglementation? Comment adapter les dispositifs d’encadrement de l’usage problématique ? Comment permettre aux patients l’accès à des produits qui leur sont béné ques? Quels compromis opérer entre protection des consommateurs et développement d’un secteur d’activité prometteur?

Cette conférence publique est organisée par le RISA-D3S (Recherche interdisciplinaire sur l’addiction). Cette initiative franco-suisse vise à fédérer les universités suisses, les HES, le réseau D3S de l’EHESS, la Fédération Addiction et le GREA.

Objectifs

  • Apporter des clefs de compréhension pluridisciplinaires aux décideurs et aux professionnels.
  • Renforcer la collaboration entre la recherche académique en sciences humaines et sociales et les professionnels des addictions.
  • Soutenir et permettre un débat pragmatique et rationnel sur la question de la réglementation des marchés du cannabis

RISA_programme

 

Séminaire Sciences Sociales Alcool et Santé : multiplier les regards, renouveler les approches – Calendrier 2017-2018

Les laboratoires DYSOLA (Université de Rouen) et TVES (Université du Littoral Côte d’Opale) organisent une série de séminaires pluridisciplinaires rassemblant des chercheurs de divers horizons en sciences sociales ainsi que des acteurs du monde de la prévention et des médecins autour des problématiques liées aux consommations d’alcool. Ces rencontres scientifiques s’inscrivent dans le cadre d’un projet de recherche interventionnelle soutenu par l’INCA sur le sport et l’alcool.

2 octobre 2017, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
L’alcool au prisme de l’action publique
Louise Lartigot-Hervier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CESDIP)
“La consommation d’alcool des femmes enceintes : mise à l’agenda de la lutte contre le Syndrome de l’Alcoolisation Foetale (SAF) et prévention balbutiante”

6 novembre 2017, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
L’alcool au prisme de l’histoire
Nourrisson Didier (Université Lyon 1, LARHRA)
“l’enrôlement historique de l’EPS dans la lutte antialcoolique” – “alcool et histoire”
Le Pajolec Sébastien  d-Maurup
ert(Université Paris 1, ISOR)
” Histoire des imaginaires de l’alcool, l’exemple de la télévision”

22 janvier 2018, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
L’alcool au prisme de la nuit
Nahoum-Grappe Véronique (EHESS, Centre Edgar Morin)
“Approches anthropologiques de la nuit”
Collectif Candela
“L’alcoolisation nocturne à Lille: pratiques et politiques”

29 janvier 2018, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
Virginie Althaus (Université de Rouen Normandie,CRFDP) et Sébastien Lafreyt (CNAM)
“épreuve du chômage, usages et fonctions des SPA ».
Ludovic Gaussot (Université de Poitiers, GRESCO, CSU) et Nicolas Palierne (EHESS, CADIS)
“Gestions parentales et juvéniles des risques liés aux consommations chez les adolescents”

Organisation Chaque séance est organisée autour du travail deux chercheurs en sciences sociales, et est discutée par un professionnel du secteur sanitaire, social ou médical, ou par un chercheur d’une autre discipline. Le séminaire est ouvert au public. En raison du nombre de places limitées, nous vous prions toutefois de vous faire connaître auprès des organisateurs de chaque site (Rouen et ULCO).
Yannick LE HENAFF (yannick.le-henaff@univ-rouen.fr) ; Christophe Bonnet (christophe-bonnet@hotmail.fr) ; François FELIU (francois.feliu@univ-rouen.fr) ;  Florian LEBRETON (florian.lebreton@univ-littoral.fr) ; Miléna SPACH (milena.spach@univ-paris1.fr)
Argumentaire En France, les consommations d’alcool sont, relativement aux pays anglo-saxons ou nordiques, peu investiguées par les sciences sociales. Et cela, alors même que ces problématiques ont largement pris place dans l’agenda politique et médiatique. Les modes de consommation ou modalités d’usage, tout comme les manières de les définir, introduisent en même temps que de nouvelles terminologies, un ensemble de constructions sociales, voire de représentations souvent négatives. De plus, ce que les anglo-saxons nomment night-time economy, ensemble d’activités associées aux espaces nocturnes et festifs (restaurants, bars, discothèques, etc.) suscitant à la fois intérêts (économie, régénération urbaine) et inquiétudes (santé publique, « ordre social »), encourage un imaginaire marqué par la transgression et la place nouvelle des femmes dans les espaces de la nuit. Ces changements touchent la manière dont le politique (santé, ville, jeunesses, etc.) s’empare de ces questions, y répond par les modalités de la régulation sociale ou par celles de la prise en charge et de l’accompagnement. Cet aspect pose d’autant plus de questions que des liens, très étroits, existent entre cette économie liée à l’alcool, sa distribution et les partenariats ou parrainages financiers associés aux évènements culturels (sportifs, artistiques, etc.). Cet ensemble de changements, continuités et ruptures, invite à croiser les échelles d’analyse et les regards disciplinaires (parmi lesquels : sociologie, sciences politiques, anthropologie, histoire, économie, droit, médecine) afin de rendre compte de la manière dont ces différents niveaux s’inscrivent dans les contextes particuliers. Dans ce séminaire, il s’agira donc d’offrir un espace de dialogue entre les différentes sciences sociales, mais aussi avec les acteurs de terrain autour d’un objet commun, l’alcool.

Appel à candidatures : contrats doctoraux 2017 EHESS/MILDECA

Appel à candidatures : contrats doctoraux 2017 – MILDECA – EHESS « Addictions, Tabac et Société »

La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) et l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) lancent un appel à candidatures conjoint pour des contrats doctoraux, ouvert à l’ensemble des écoles doctorales de sciences humaines et sociales françaises. Cet appel à candidatures vise à attribuer des contrats doctoraux de 36 mois sur le thème des conduites addictives dans les sociétés contemporaines.

Ce dispositif soutenu conjointement par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA), la Direction générale de la santé (DGS) et l’Observatoire Français des drogues et des toxicomanies (OFDT) a pour objet, conformément aux orientations du Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives (2013-2017), de développer le potentiel et la professionnalisation de la recherche des équipes de sciences humaines et sociales mobilisées sur ce fait majeur de société.

L’appel à contrats doctoraux 2017 est soutenu cette année par la Direction générale de la santé dans le but de développer un vivier de jeunes chercheurs en sciences humaines économiques et sociales mobilisé sur les enjeux de santé publique et de recherche inscrits à l’agenda du Programme national de réduction du tabagisme (PNRT). L’ambition poursuivie par le PNRT est d’agir pour protéger les jeunes et éviter l’entrée dans le tabac, aider les fumeurs à s’arrêter et agir sur l’économie du tabac. L’objectif étant que les enfants nés en 2014, qui auront dix-huit ans en 2032, soient la première génération « sans tabac » (95% des personnes soient non fumeuses). Les objectifs intermédiaires étant de réduire le nombre de fumeurs quotidiens d’au moins 10% entre 2014 et 2019 (de 29,1% de fumeurs quotidiens à moins de 26,2%) puis de passer sous la barre des 20% de fumeurs quotidiens d’ici à 2024.

Depuis 2016, le dispositif est animé par le réseau D3S « Sciences Sociales Drogues & Sociétés » associant l’EHESS, le Labex Tepsis, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), la Fédération Addiction et le Groupement Romand d’Etudes sur les addictions (GREA). Le réseau national D3S fédère chercheurs, doctorants, jeunes chercheurs, professionnels et militants associatifs sur les drogues et les addictions en tant qu’enjeux de société. Le réseau a également vocation à organiser des événements visant à favoriser les échanges entre chercheurs en sciences sociales, décideurs et professionnels du champ.

Trois axes organisent cet appel, deux axés sur le tabac et un troisième, transversal, sur les addictions :

  • « Politiques publiques de réduction du tabagisme »
  • « Industrie du tabac, stratégies marketing et lobbys »
  • « Environnement social et prévention des consommateurs »

Critères d’éligibilité des candidats :

  • Tous les candidats devront être titulaires d’un Master II (ou équivalent) et être inscrits (ou en situation de l’être) en 1ère ou en 2ème année de doctorat à la rentrée universitaire 2017-2018 dans une école doctorale d’un établissement d’enseignement supérieur français
  • Les candidats inscrits en master 2 doivent avoir soutenu avant le 15 septembre 2017 (pour les soutenances en septembre, envoyer une attestation dès le jour de la soutenance).

Durée des projets : 36 mois maximum (décret n° 2009-464 du 23 avril 2009)

Lien page EHESS ici

Lien Appel à candidature (Doc word) ici

Dossier de candidature ici

Séminaire de recherche international Politiques des drogues – 26 juin 2017

Séminaire de recherche international Politiques des drogues

Conférence-débat : Politiques des drogues, le 26 juin de 17h00 à 20h00.

Mairie du 10ème, Salle des fêtes, 72 rue du Faubourg Saint-Martin, Paris, métro : Château d’eau

Ouverture

Anne-Lorraine Bujon, rédactrice en chef de la Revue Esprit.

Richard Rechtman, médecin anthropologue, directeur d’études à l’EHESS responsable du Labex Tepsis et co-cordinateur du programme D3S.

Rigas Arvanitis, sociologue, directeur d’études IRD et responsable du Labex IFRIS.

 

Conférence introductive : Repenser les politiques des drogues

Marie Jauffret-Roustide, sociologue, chargée de recherche Inserm-Cermes3, co-coordinatrice du programme D3S EHESS.

Jean-Maxence Granier, sémioticien, Think-Out.

Nicolas Prisse, médecin, Président de la Mildeca.

 

Conférence : Comment réguler le cannabis ?

François Beck, sociologue et statisticien, chercheur au CESP (Inserm-Université Paris Saclay). Le cannabis en France. Totem ou tabou.

Michel Gandilhon, chargé d’études à l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies. Les modèles de régulation du cannabis : comparaison internationale.

Etienne Nouguez, sociologue, chargé de recherche CNRS-CSO. Les frontières de l’interdit. Qualification du cannabis et structuration des marchés.

Yann Bisiou, juriste, maître de conférence à l’Université de Montpellier-CORHIS. Régulation du cannabis et société inclusive.

Discutant : Jean-Pierre Couteron, Fédération Addiction

 

Table ronde : Drugs, Race and Gender. Comment se construisent les politiques des médicaments et des drogues ? Regards croisés Etats-Unis – Europe

Samuel Roberts, historien, Professeur à l’Université de Columbia.

David Herzberg, historien, Professeur à l’Université de Buffalo.

Nils Kessel, historien, Post-doctorant à l’IFRIS.

Discutant : Jonathan Chalier, secrétaire de rédaction de la Revue Esprit

 

Conférence de clôture : Patrick Pharo, sociologue, directeur de recherche au CNRS.

 

Cocktail

 

Entrée libre, mais inscription obligatoire à l’adresse suivante : politiquesdesdrogues@gmail.com

Journées nationales de la Fédération Addiction

Addictions : des régulations des uns, dérégulations des autres…

Le Havre 2017 – 8 et 9 juin 2017

 

Argumentaire : Les villes portuaires ont toujours été de hauts lieux d’échanges et de trafics divers. Échanges de cultures, de langues, échanges de marchandises, et parmi elles, les drogues, légales ou non. L’actuelle globalisation fait que ces échanges sont toujours plus importants et plus rapides, démultipliés par un commerce désormais hyper-connecté. Mais si les normes de régulation commerciales mettent en avant une nécessité quasi « naturelle » de supprimer ce qui viendrait contraindre le marché et son libre échange, la récente Commission des Nations-Unies a montré que s’agissant de politique de régulation de l’usage de drogues, comme dans ce qui concerne les modes de vie, il n’en est pas de même […]

Information du site D3S : le programme D3S co-organise avec le Fédération Addiction une conférence intitulée “Régulation des usages : apport des sciences sociales et savoirs des usagers”

Lien ici

Addictions et risques : enjeux sociologiques contemporains, terrains et méthodes (19 et 26 avril 2017)

dessin-guideAddictions et risques : enjeux sociologiques contemporains, terrains et méthodes

Marie Jauffret-Roustide, chargée de recherche à l’INSERM (CERMES3)

Mercredi, de 9 h à 13 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 19 avril 2017 au 24 mai 2017

Le paradigme du risque structure actuellement la question des addictions, à la fois dans la sphère sociale et dans le champ de la recherche. Les produits psychoactifs se diffusent, les usages sociaux des produits évoluent et les réponses publiques oscillent entre des logiques de santé publique et de sécurité publique en France. Les addictions constituent un objet de recherche marqué par la complexité, en raison de la charge émotionnelle liée à cette question et du caractère illégal de la pratique d’usage de drogues. Une approche pluridisciplinaire et une diversité des méthodes est donc indispensable afin d’appréhender les différentes facettes de cette question de recherche.

Ce séminaire aura pour objectif de présenter les principaux enjeux sociologiques contemporains en cours dans le champ des addictions, de sensibiliser à l’apport de l’approche pluridisciplinaire (sociologie, démographie, épidémiologie, anthropologie et philosophie), et à la diversité des méthodes quantitatives et qualitatives pour étudier les addictions comme objet de recherche. Différentes recherches seront présentées, en s’attachant à décrire les référentiels des politiques publiques, le travail de terrain auprès des usagers de drogues, la recherche communautaire et la phase de restitution des résultats d’enquête. Les questions méthodologiques de représentativité des enquêtes, de qualité du recueil des données et de construction des catégories sociales autour des figures de l’addiction avec une attention particulière sur la dimension de genre seront également interrogées.

Mots-clés : Addictions, Anthropologie, Enquêtes, Épistémologie, Politiques publiques, Risques, Sociologie,

Adresse(s) électronique(s) de contact : marie.jauffretroustide@gmail.com

Séance du 19 avril : Apport des sciences sociales pour mieux comprendre les pratiques sociales liées aux drogues et la genèse du concept d’addiction. Introduction du séminaire, Marie Jauffret-Roustide, sociologue, chargée de recherche Inserm-Cermes3

Séance du 26 avril : Quantifier les usages de drogues : questions méthodologiques et épistémologiques. Stéphane Legleye, statisticien, INSEE et chercheur en santé publique, CESP et Maria Melchior, Directrice de recherche à l’Inserm-IPLESP.

Journée des doctorants (20 avril 2017)

Journée annuelle des doctorants organisée dans le cadre du programme D3S Sciences sociales, drogues et Sociétés de l’EHESS – 20 avril 2017

Julia Monge, doctorante à l’IRIS. Les campagnes de prévention à l’épreuve de la consommation de drogues entre parents et enfants. Discipline: Santé Populations, Politiques Sociales, Directeur : Richard Rechtman, Financement Mildeca.

Discutante : Line Pedersen, sociologue, lectrice à la chaire francophone de sociologie, travail social et politiques sociales à l’Université de Fribourg en Suisse, membre associée au Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie de Besançon, LaSA-UFC)

Trang Nguyen, doctorante à l’Université de Montpellier et à l’Université de Hanoï. Rétablissement de l’addition chez les usagers de drogues au Vietnam. Discipline : sociologie. Co-direction : Laurent Visier et Le Minh Giang.

Discutante : Julie Pannetier, post-doctorante, démographe, CEPED.

Clémence Casanova, doctorante au SESSTIM.  Nouvelle démarche méthodologique dans les armées pour améliorer la prévention des comportements à risque : exemple de l’alcool. Discipline : Pathologie humaine- Recherche clinique et santé publique publique, Co-direction: Pr. Michel, Dr Berger, Pr. Apostolidis. Financement Mildeca.

Discutants : Marie Jauffret-Roustide, sociologue, chargée de recherche à l’Inserm-Cermes3 et Richard Rechtman, médecin et anthropologue, directeur d’études à l’EHESS-IRIS.

Yohann Selponi, doctorant en sociologie au Centre d’Economie et de Sociologie appliqués à l’agriculture et aux espaces ruraux. Alcool et cannabis chez les lycéens de province. Des usages aux réceptions des campagnes de prévention. Directeur de thèse : Nicolas Rehany, Financement Mildeca.

Discutante : Carine Mutatayi, chargée d’études à l’OFDT, chercheuse en épidémiologie et santé communautaire.

Nicolas Khatmi, doctorant au Laboratoire de psychologie Sociale, Aix-Marseille Université et au SESSTIM. Étude des Représentations Sociales de la pratique d’injection chez les usagers de drogues par voie intraveineuse : une perspective psychosociale.  Discipline : Psychologie Sociale de la Santé. Co-direction : Lionel Dany et Perrine Roux, Financement Mildeca.

Discutante : Aude Wyart, post-doctorante, anthropologue, Cermes 3.

Mariana de Broglia, doctorante au CMH et CRBC. La formation de l’État prohibitionniste de drogues brésilien : étude des dispositifs publics de contrôle, régulation et répression de stupéfiants entre les années 1930 et 1970. Discipline : Histoire. Co-direction : Benoît de l’Estoile et Mônica Raisa Schpun. Financement TEPSIS.

Discutante : Sabine Guez, docteure en anthropologie, IRIS.

Maïa Neff, doctorante à l’ENS de Lyon et à l’Université de Laval au Québec. Juger et punir pour soigner ? Le traitement médico-pénal de l’usage de drogues illicites par des femmes en France et au Québec. Discipline : sociologie. Co-direction : Fabrice Fernandez, Samuel Lézé et Frédéric Le Marcis. Financement Mildeca.

Discutante : Marie Dos Santos, post-doctorante, sociologue, Cermes3.

Pour tout renseignement sur cette journée, s’adresser à marie.jauffretroustide@gmail.com.

Drogue, Santé, Société (Volume 1 – Mai 2016)

Drogues et mondialisation (Vol 15 no 1)


Mot de présentation et introduction

Dans leur mot de présentation, les éditeurs-délégués présentent la thématique abordée, soit le commerce des drogues illicites et les tentatives de le régulariser comme autant d’éléments de l’internationalisation et l’accélération des échanges. Subséquemment, les cinq articles de ce numéro sont décrits et résumés.L’opium dans la mondialisation : le cas du Triangle d’Or
À travers l’étude de l’espace de production d’opium qu’est le Triangle d’Or, cet article explique l’émergence du premier narcotrafic international, d’où origine ce qui demeure la plus importante toxicomanie de masse (l’opiomanie chinoise). L’auteur constate le fort lien unissant le processus d’internationalisation des échanges et le développement du narcotrafic, lequel résulte toutefois en grande partie de l’intervention étatique à l’échelle mondiale.Dopage et mondialisation financière du sport : ce que nous apprend l’analyse économique !
Cet article présente une contribution de la science économique à la compréhension du dopage dans le sport professionnel. Utilisant diverses approches dans une perspective critique (la théorie du crime, la théorie des jeux et l’approche dite « institutionnaliste »), l’auteur tente de déterminer les raisons amenant les athlètes à se doper, tout en brossant un portrait du marché mondial des substances dopantes et tenter de comprendre la raison pour laquelle le dopage se développe en dépit des politiques internationales de contrôle et de répression.

La cocaïne, une marchandise mondialisée
Cette étude met en lumière la concomitance entre le processus de mondialisation et le trafic de cocaïne, dont le développement de sa consommation à l’échelle de la planète à partir des États-Unis est contemporain de l’accélération des échanges commerciaux provoquée notamment par l’émergence de la Chine et l’intégration de l’ex-Empire soviétique au marché capitaliste mondial. Les flux de son trafic épousent les grandes voies commerciales maritimes, tandis que son usage se démocratise, touchant de plus en plus les consommateurs des pays de l’ex-Tiers-Monde. Associée à un certain esprit du temps prônant la performance, la cocaïne est aujourd’hui un des marqueurs de l’entrée dans le monde de la consommation de masse.

Les drogues et le continent africain dans le contexte de la mondialisation
À travers l’étude historique et géopolitique de trois régions d’Afrique (Afrique du Nord, Afrique orientale et Afrique de l’Ouest), cet article décrit la manière dont les pays africains sont progressivement devenus des plaques tournantes pour le trafic illégal, dont l’émergence relève autant du phénomène de mondialisation que de facteurs endogènes (corruption ou augmentation de la consommation à l’échelle locale). Sont notamment abordés ici l’importance qu’on pris la polytoxicomanie et les trafic transnationaux en Afrique de l’Ouest, et le récent déplacement des trafics vers l’Afrique de l’Est.

Contrôle des drogues et mondialisation : Enjeux et limites de la régulation internationale
L’objectif de cet article est d’analyser la question de l’internationalisation du contrôle des drogues, en insistant tout particulièrement sur les enjeux et les limites inhérents à la souveraineté des États nationaux en matière de droit pénal et de politiques publiques. L’auteur explique l’origine du caractère global des mécanismes de régulation du marché des drogues, et analyse les conséquences de cette régulation sur la souveraineté des États, observant qu’en dépit des mesures internationales de contrôle, les États demeurent relativement autonomes en ce qui concerne l’instauration des normes en droit interne.