Séminaire Sciences Sociales Alcool et Santé : multiplier les regards, renouveler les approches – Calendrier 2017-2018

Les laboratoires DYSOLA (Université de Rouen) et TVES (Université du Littoral Côte d’Opale) organisent une série de séminaires pluridisciplinaires rassemblant des chercheurs de divers horizons en sciences sociales ainsi que des acteurs du monde de la prévention et des médecins autour des problématiques liées aux consommations d’alcool. Ces rencontres scientifiques s’inscrivent dans le cadre d’un projet de recherche interventionnelle soutenu par l’INCA sur le sport et l’alcool.

2 octobre 2017, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
L’alcool au prisme de l’action publique
Louise Lartigot-Hervier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CESDIP)
“La consommation d’alcool des femmes enceintes : mise à l’agenda de la lutte contre le Syndrome de l’Alcoolisation Foetale (SAF) et prévention balbutiante”

6 novembre 2017, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
L’alcool au prisme de l’histoire
Nourrisson Didier (Université Lyon 1, LARHRA)
“l’enrôlement historique de l’EPS dans la lutte antialcoolique” – “alcool et histoire”
Le Pajolec Sébastien  d-Maurup
ert(Université Paris 1, ISOR)
” Histoire des imaginaires de l’alcool, l’exemple de la télévision”

22 janvier 2018, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
L’alcool au prisme de la nuit
Nahoum-Grappe Véronique (EHESS, Centre Edgar Morin)
“Approches anthropologiques de la nuit”
Collectif Candela
“L’alcoolisation nocturne à Lille: pratiques et politiques”

29 janvier 2018, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
Virginie Althaus (Université de Rouen Normandie,CRFDP) et Sébastien Lafreyt (CNAM)
“épreuve du chômage, usages et fonctions des SPA ».
Ludovic Gaussot (Université de Poitiers, GRESCO, CSU) et Nicolas Palierne (EHESS, CADIS)
“Gestions parentales et juvéniles des risques liés aux consommations chez les adolescents”

Organisation Chaque séance est organisée autour du travail deux chercheurs en sciences sociales, et est discutée par un professionnel du secteur sanitaire, social ou médical, ou par un chercheur d’une autre discipline. Le séminaire est ouvert au public. En raison du nombre de places limitées, nous vous prions toutefois de vous faire connaître auprès des organisateurs de chaque site (Rouen et ULCO).
Yannick LE HENAFF (yannick.le-henaff@univ-rouen.fr) ; Christophe Bonnet (christophe-bonnet@hotmail.fr) ; François FELIU (francois.feliu@univ-rouen.fr) ;  Florian LEBRETON (florian.lebreton@univ-littoral.fr) ; Miléna SPACH (milena.spach@univ-paris1.fr)
Argumentaire En France, les consommations d’alcool sont, relativement aux pays anglo-saxons ou nordiques, peu investiguées par les sciences sociales. Et cela, alors même que ces problématiques ont largement pris place dans l’agenda politique et médiatique. Les modes de consommation ou modalités d’usage, tout comme les manières de les définir, introduisent en même temps que de nouvelles terminologies, un ensemble de constructions sociales, voire de représentations souvent négatives. De plus, ce que les anglo-saxons nomment night-time economy, ensemble d’activités associées aux espaces nocturnes et festifs (restaurants, bars, discothèques, etc.) suscitant à la fois intérêts (économie, régénération urbaine) et inquiétudes (santé publique, « ordre social »), encourage un imaginaire marqué par la transgression et la place nouvelle des femmes dans les espaces de la nuit. Ces changements touchent la manière dont le politique (santé, ville, jeunesses, etc.) s’empare de ces questions, y répond par les modalités de la régulation sociale ou par celles de la prise en charge et de l’accompagnement. Cet aspect pose d’autant plus de questions que des liens, très étroits, existent entre cette économie liée à l’alcool, sa distribution et les partenariats ou parrainages financiers associés aux évènements culturels (sportifs, artistiques, etc.). Cet ensemble de changements, continuités et ruptures, invite à croiser les échelles d’analyse et les regards disciplinaires (parmi lesquels : sociologie, sciences politiques, anthropologie, histoire, économie, droit, médecine) afin de rendre compte de la manière dont ces différents niveaux s’inscrivent dans les contextes particuliers. Dans ce séminaire, il s’agira donc d’offrir un espace de dialogue entre les différentes sciences sociales, mais aussi avec les acteurs de terrain autour d’un objet commun, l’alcool.

Appel à candidatures : contrats doctoraux 2017 EHESS/MILDECA

Appel à candidatures : contrats doctoraux 2017 – MILDECA – EHESS « Addictions, Tabac et Société »

La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) et l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) lancent un appel à candidatures conjoint pour des contrats doctoraux, ouvert à l’ensemble des écoles doctorales de sciences humaines et sociales françaises. Cet appel à candidatures vise à attribuer des contrats doctoraux de 36 mois sur le thème des conduites addictives dans les sociétés contemporaines.

Ce dispositif soutenu conjointement par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA), la Direction générale de la santé (DGS) et l’Observatoire Français des drogues et des toxicomanies (OFDT) a pour objet, conformément aux orientations du Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives (2013-2017), de développer le potentiel et la professionnalisation de la recherche des équipes de sciences humaines et sociales mobilisées sur ce fait majeur de société.

L’appel à contrats doctoraux 2017 est soutenu cette année par la Direction générale de la santé dans le but de développer un vivier de jeunes chercheurs en sciences humaines économiques et sociales mobilisé sur les enjeux de santé publique et de recherche inscrits à l’agenda du Programme national de réduction du tabagisme (PNRT). L’ambition poursuivie par le PNRT est d’agir pour protéger les jeunes et éviter l’entrée dans le tabac, aider les fumeurs à s’arrêter et agir sur l’économie du tabac. L’objectif étant que les enfants nés en 2014, qui auront dix-huit ans en 2032, soient la première génération « sans tabac » (95% des personnes soient non fumeuses). Les objectifs intermédiaires étant de réduire le nombre de fumeurs quotidiens d’au moins 10% entre 2014 et 2019 (de 29,1% de fumeurs quotidiens à moins de 26,2%) puis de passer sous la barre des 20% de fumeurs quotidiens d’ici à 2024.

Depuis 2016, le dispositif est animé par le réseau D3S « Sciences Sociales Drogues & Sociétés » associant l’EHESS, le Labex Tepsis, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), la Fédération Addiction et le Groupement Romand d’Etudes sur les addictions (GREA). Le réseau national D3S fédère chercheurs, doctorants, jeunes chercheurs, professionnels et militants associatifs sur les drogues et les addictions en tant qu’enjeux de société. Le réseau a également vocation à organiser des événements visant à favoriser les échanges entre chercheurs en sciences sociales, décideurs et professionnels du champ.

Trois axes organisent cet appel, deux axés sur le tabac et un troisième, transversal, sur les addictions :

  • « Politiques publiques de réduction du tabagisme »
  • « Industrie du tabac, stratégies marketing et lobbys »
  • « Environnement social et prévention des consommateurs »

Critères d’éligibilité des candidats :

  • Tous les candidats devront être titulaires d’un Master II (ou équivalent) et être inscrits (ou en situation de l’être) en 1ère ou en 2ème année de doctorat à la rentrée universitaire 2017-2018 dans une école doctorale d’un établissement d’enseignement supérieur français
  • Les candidats inscrits en master 2 doivent avoir soutenu avant le 15 septembre 2017 (pour les soutenances en septembre, envoyer une attestation dès le jour de la soutenance).

Durée des projets : 36 mois maximum (décret n° 2009-464 du 23 avril 2009)

Lien page EHESS ici

Lien Appel à candidature (Doc word) ici

Dossier de candidature ici