Acteurs du réseau

Un réseau unique sur les drogues en sciences sociales et humaines

Par une articulation thématique et pluridisciplinaire innovante en France, le réseau D3S aspire à favoriser une ouverture des savoirs auprès d’une communauté d’acteurs de la recherche académique, de la société civile, de décideurs et de citoyens.

A travers ses coordonnateurs d’axes et leurs équipes, le réseau compte avec la participation de jeunes chercheurs et professeurs de plusieurs universités françaises (Université de Lille, d’Aix-Marseille, de Paris 1…) et étrangères (Institut Interuniversitaire sur les dépendances (IUD) et Chaire Genre et Drogues de l’Université de Sherbrooke (Québec), de l’Inserm (Institut national de la Santé et de la Recherche médicale), de l’Iresp (Institut de recherche en santé publique), du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), ainsi que des chercheurs, experts et équipes de l’EHESP (École des Hautes Études en Santé Publique), de Santé Publique France (SpF), d’EFUS (European Forum for Urban Security), de Médecins du Monde, de l’EMCDDA (European Monitoring Center on Drugs and Drug Addiction), et du réseau Handicap et Sociétés de l’EHESS et du réseau scientifique drogues en Afrique (RESCIDAF) porté par l’Université de Dakar.

Les travaux du réseau font également intervenir une audience mixte de décideurs et agents d’institutions publics dans une optique d’échange de pratiques et de savoirs. Parmi les interlocuteurs publics du réseau, on compte la MILDECA, l’OFDT, SpF, EFUS (regroupant des élus), et différents ministères.

Le réseau D3S travaille à une ouverture à dimension francophone (Québec, Sénégal, Suisse, Belgique) et internationale, par la mise en place de projets de recherches et d’activités scientifiques communes.

Plus d’information sur notre premier projet de collaboration, ANR Gender-ARP. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search