Projet de recherche “GENDER ARP”: une étude transnationale France – Canada – Belgique

Addiction, risques et rétablissement dans un contexte de précarité sociale : comment mieux prendre en compte les situations et besoins complexes en prenant en compte le genre et les différents âges de la vie

Investigateurs principaux : Karine Bertrand (Canada), Marie Jauffret-Roustide (France) et André Lemaitre (Belgique)

La littérature existante sur les usagers de substances psychoactives (SP) est principalement centrée sur les hommes, qu’ils soient liés à leur consommation de SP ou à leurs pratiques sexuelles, en lien avec les risques de transmission de maladies infectieuses. Ce focus a souvent donné lieu à la création de services avec une approche biomédicale, qui accordent peu de place à la prise en compte des vulnérabilités diverses des usagers de SP ou à celle de leurs capacités personnelles. Les profils et pratiques des femmes usagères de SP ne sont que rarement étudiés du fait de leur faible visibilité dans les structures de réduction des risques et les services d’addictologie. De même au regard des minorités sexuelles et de l’étude des addictions aux différents âges de la vie.

Les trajectoires d’intégration sociale des usagers de SP, tout comme leurs trajectoires de consommation de SP, d’une part, la notion d’environnement du risque et d’intersectionnalité ainsi que l’intégration du stigma et des interactions dynamiques des multiples identités sociales, d’autre part, nécessitent d’être davantage étudiées pour améliorer les interventions visant à répondre aux besoins spécifiques de la diversité des usagers, notamment liés au genre et aux moments de vie.

Le projet GENDER ARP vise à améliorer la compréhension du rôle du genre et de l’âge sur l’usage de drogues, les risques pour la santé et les trajectoires de soin, de façon à produire des connaissances pour le développement de services intégrés qui adresseront les besoins complexes des usagers, sur les plans social et sanitaire. Etude transnationale entre le Canada, la France et la Belgique, le projet propose de:

1) identifier les vulnérabilités et capacités spécifiques des personnes avec un TLS qui font face à la précarité sociale, en lien avec les trajectoires d’usage de substances au cours de la vie et des comportements à risques associés ;

2) comprendre les trajectoires de recours aux services et de soin au cours de la vie dans cette population, en lien avec les trajectoires d’usage de substances et les comportements à risques associés ;

3) guider le développement de services intégrés sur le long terme qui adresseront davantage les besoins complexes de cette population.

Pour plus de détails, rendez vous à la rubrique Recherche et sur le site dédié du projet GENDER ARP

Drogue, Santé, Société (Volume 1 – Mai 2016)

Drogues et mondialisation (Vol 15 no 1)


Mot de présentation et introduction

Dans leur mot de présentation, les éditeurs-délégués présentent la thématique abordée, soit le commerce des drogues illicites et les tentatives de le régulariser comme autant d’éléments de l’internationalisation et l’accélération des échanges. Subséquemment, les cinq articles de ce numéro sont décrits et résumés.L’opium dans la mondialisation : le cas du Triangle d’Or
À travers l’étude de l’espace de production d’opium qu’est le Triangle d’Or, cet article explique l’émergence du premier narcotrafic international, d’où origine ce qui demeure la plus importante toxicomanie de masse (l’opiomanie chinoise). L’auteur constate le fort lien unissant le processus d’internationalisation des échanges et le développement du narcotrafic, lequel résulte toutefois en grande partie de l’intervention étatique à l’échelle mondiale.Dopage et mondialisation financière du sport : ce que nous apprend l’analyse économique !
Cet article présente une contribution de la science économique à la compréhension du dopage dans le sport professionnel. Utilisant diverses approches dans une perspective critique (la théorie du crime, la théorie des jeux et l’approche dite « institutionnaliste »), l’auteur tente de déterminer les raisons amenant les athlètes à se doper, tout en brossant un portrait du marché mondial des substances dopantes et tenter de comprendre la raison pour laquelle le dopage se développe en dépit des politiques internationales de contrôle et de répression.

La cocaïne, une marchandise mondialisée
Cette étude met en lumière la concomitance entre le processus de mondialisation et le trafic de cocaïne, dont le développement de sa consommation à l’échelle de la planète à partir des États-Unis est contemporain de l’accélération des échanges commerciaux provoquée notamment par l’émergence de la Chine et l’intégration de l’ex-Empire soviétique au marché capitaliste mondial. Les flux de son trafic épousent les grandes voies commerciales maritimes, tandis que son usage se démocratise, touchant de plus en plus les consommateurs des pays de l’ex-Tiers-Monde. Associée à un certain esprit du temps prônant la performance, la cocaïne est aujourd’hui un des marqueurs de l’entrée dans le monde de la consommation de masse.

Les drogues et le continent africain dans le contexte de la mondialisation
À travers l’étude historique et géopolitique de trois régions d’Afrique (Afrique du Nord, Afrique orientale et Afrique de l’Ouest), cet article décrit la manière dont les pays africains sont progressivement devenus des plaques tournantes pour le trafic illégal, dont l’émergence relève autant du phénomène de mondialisation que de facteurs endogènes (corruption ou augmentation de la consommation à l’échelle locale). Sont notamment abordés ici l’importance qu’on pris la polytoxicomanie et les trafic transnationaux en Afrique de l’Ouest, et le récent déplacement des trafics vers l’Afrique de l’Est.

Contrôle des drogues et mondialisation : Enjeux et limites de la régulation internationale
L’objectif de cet article est d’analyser la question de l’internationalisation du contrôle des drogues, en insistant tout particulièrement sur les enjeux et les limites inhérents à la souveraineté des États nationaux en matière de droit pénal et de politiques publiques. L’auteur explique l’origine du caractère global des mécanismes de régulation du marché des drogues, et analyse les conséquences de cette régulation sur la souveraineté des États, observant qu’en dépit des mesures internationales de contrôle, les États demeurent relativement autonomes en ce qui concerne l’instauration des normes en droit interne.