Séminaire Sciences Sociales Alcool et Santé : multiplier les regards, renouveler les approches – Calendrier 2017-2018

Les laboratoires DYSOLA (Université de Rouen) et TVES (Université du Littoral Côte d’Opale) organisent une série de séminaires pluridisciplinaires rassemblant des chercheurs de divers horizons en sciences sociales ainsi que des acteurs du monde de la prévention et des médecins autour des problématiques liées aux consommations d’alcool. Ces rencontres scientifiques s’inscrivent dans le cadre d’un projet de recherche interventionnelle soutenu par l’INCA sur le sport et l’alcool.

2 octobre 2017, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
L’alcool au prisme de l’action publique
Louise Lartigot-Hervier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CESDIP)
“La consommation d’alcool des femmes enceintes : mise à l’agenda de la lutte contre le Syndrome de l’Alcoolisation Foetale (SAF) et prévention balbutiante”

6 novembre 2017, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
L’alcool au prisme de l’histoire
Nourrisson Didier (Université Lyon 1, LARHRA)
“l’enrôlement historique de l’EPS dans la lutte antialcoolique” – “alcool et histoire”
Le Pajolec Sébastien  d-Maurup
ert(Université Paris 1, ISOR)
” Histoire des imaginaires de l’alcool, l’exemple de la télévision”

22 janvier 2018, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
L’alcool au prisme de la nuit
Nahoum-Grappe Véronique (EHESS, Centre Edgar Morin)
“Approches anthropologiques de la nuit”
Collectif Candela
“L’alcoolisation nocturne à Lille: pratiques et politiques”

29 janvier 2018, 14h, à l’Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan
Virginie Althaus (Université de Rouen Normandie,CRFDP) et Sébastien Lafreyt (CNAM)
“épreuve du chômage, usages et fonctions des SPA ».
Ludovic Gaussot (Université de Poitiers, GRESCO, CSU) et Nicolas Palierne (EHESS, CADIS)
“Gestions parentales et juvéniles des risques liés aux consommations chez les adolescents”

Organisation Chaque séance est organisée autour du travail deux chercheurs en sciences sociales, et est discutée par un professionnel du secteur sanitaire, social ou médical, ou par un chercheur d’une autre discipline. Le séminaire est ouvert au public. En raison du nombre de places limitées, nous vous prions toutefois de vous faire connaître auprès des organisateurs de chaque site (Rouen et ULCO).
Yannick LE HENAFF (yannick.le-henaff@univ-rouen.fr) ; Christophe Bonnet (christophe-bonnet@hotmail.fr) ; François FELIU (francois.feliu@univ-rouen.fr) ;  Florian LEBRETON (florian.lebreton@univ-littoral.fr) ; Miléna SPACH (milena.spach@univ-paris1.fr)
Argumentaire En France, les consommations d’alcool sont, relativement aux pays anglo-saxons ou nordiques, peu investiguées par les sciences sociales. Et cela, alors même que ces problématiques ont largement pris place dans l’agenda politique et médiatique. Les modes de consommation ou modalités d’usage, tout comme les manières de les définir, introduisent en même temps que de nouvelles terminologies, un ensemble de constructions sociales, voire de représentations souvent négatives. De plus, ce que les anglo-saxons nomment night-time economy, ensemble d’activités associées aux espaces nocturnes et festifs (restaurants, bars, discothèques, etc.) suscitant à la fois intérêts (économie, régénération urbaine) et inquiétudes (santé publique, « ordre social »), encourage un imaginaire marqué par la transgression et la place nouvelle des femmes dans les espaces de la nuit. Ces changements touchent la manière dont le politique (santé, ville, jeunesses, etc.) s’empare de ces questions, y répond par les modalités de la régulation sociale ou par celles de la prise en charge et de l’accompagnement. Cet aspect pose d’autant plus de questions que des liens, très étroits, existent entre cette économie liée à l’alcool, sa distribution et les partenariats ou parrainages financiers associés aux évènements culturels (sportifs, artistiques, etc.). Cet ensemble de changements, continuités et ruptures, invite à croiser les échelles d’analyse et les regards disciplinaires (parmi lesquels : sociologie, sciences politiques, anthropologie, histoire, économie, droit, médecine) afin de rendre compte de la manière dont ces différents niveaux s’inscrivent dans les contextes particuliers. Dans ce séminaire, il s’agira donc d’offrir un espace de dialogue entre les différentes sciences sociales, mais aussi avec les acteurs de terrain autour d’un objet commun, l’alcool.

2e Congrès Travail, santé et usages de psychotropes – 13 et 14 novembre 2017

Trois ans après le Congrès « Addictologie et travail » , sa deuxième édition aura lieu les 13 et 14 novembre prochains, et aura pour thème :

« Travail, santé et usages de psychotropes; liens entre l’organisation du travail, la santé et les usages de psychotropes : si on en parlait? »

Organisé avec le soutien de la MILDECA, ce congrès est porté conjointement par l’association « Addictologie et travail » (Additra), la Fédération Addiction et l’Institut de recherche et d’enseignement sur les maladies addictives (IREMA). Le CSO (Centre de sociologie des organisations), le CNRS (Centre national pour la recherche scientifique), l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales), l’INCA (Institut nationale du cancer), le Cnam, Sciences Po et l’Université Paris XIII sont également partenaires du Congrès.

Comme en 2014, ce 2ème congrès veut s’employer à quitter le plan des confrontations médico-sociales et juridiques et faire dialoguer la recherche avec les acteurs du secteur économique (employeurs, salariés, équipes pluridisciplinaires de santé au travail, préventeurs) afin de développer de nouvelles stratégies d’action. Posé comme cadre de ce congrès, ce dialogue doit permettre de valoriser autrement les connaissances existantes et de développer de nouvelles stratégies d’intervention et de recherche sur les interrelations « travail », « santé » et « usages de substances psychoactives ».

La problématique « addiction et travail » se construit généralement sur la figure de l’alcoolique chronique et sur les états d’ivresse et les troubles à l’ordre productif. Cette perspective ignore les multiples effets recherchés par les professionnels, hommes et femmes, tous niveaux de responsabilités confondus, dans leurs recours aux psychotropes.

Afin d’éclairer les liens, souvent invisibilisés, entre l’organisation du travail et les consommations de psychotropes professionnelles,le congrès étudiera les divers usages et leurs multiples fonctions. L’équation dominante « consommation de psychotropes = risque » est une vision réductrice des effets des produits, du soin et de la prévention. L’usage de substances psychoactives peut constituer une ressource efficace pour faire face aux épreuves du travail et face à ses risques.

Pour informations : site du congrès

Colloque interdisciplinaire – « Salles de consommations de drogues à moins risque – Regards croisés sur une expérimentation » – 7-8 novembre 2017

L’Université de Rennes organise un colloque interdisciplinaire les 7 et 8 novembre :

« Salles de consommations de drogues à moins risque – Regards croisés sur une expérimentation »

Le colloque portera sur La politique de lutte contre les drogues, plus précisément la politique de réduction des risques liés à la consommation de drogue. La loi du 26 janvier 2016 relative à notre système de santé a autorisé, à titre expérimental, l’ouverture de salles de consommation de drogues illicites à moindre risque (trivialement nommées « salles de shoot ») dans des villes désignées par arrêté ministériel. Inédit en France et très controversé, le dispositif, prévu pour une durée maximale de six ans, donnera lieu à une double évaluation scientifique afin notamment d’en déterminer la pérennisation. C’est dans ce cadre nouveau que deux espaces de ce type ont d’ores et déjà été ouverts successivement à Paris et Strasbourg à l’automne. La France rejoint ainsi un mouvement international qui s’affirme progressivement, notamment dans plusieurs de nos voisins européens et au Canada. Les espaces considérés doivent accueillir des « usagers de drogue » présentant deux caractères : d’une part, la pratique de l’injection (plutôt notamment que l’inhalation), d’autre part, une particulière vulnérabilité. Ces critères techniques formulés par la norme juridique tiennent à la fonction du dispositif : il est destiné à assister une population dont la grande marginalité la tient à l’écart des actions sanitaires et sociales déjà en place. Concrètement, dans ces espaces, l’injection pratiquée par l’usager de drogue sera supervisée par un agent de la structure en même temps que les conditions matérielles d’hygiène, des lieux et du matériel, seront garanties. Le but est simple : réduire les risques qui s’attachent aux pratiques de ces usagers lorsqu’elles se déroulent dans l’espace public ou semi-public – rue, cour d’immeuble… L’accompagnement proposé poursuit des finalités de deux ordres : d’une part, réduire les risques en termes de santé publique, d’autre part, réduire les risques en termes d’ordre public. Ces deux ordres de finalités se déploient l’un et l’autre sur deux niveaux : ils visent la personne de l’usager de drogue mais également la collectivité entière (par exemple, la lutte contre les risques infectieux en protège la population générale en en protégeant chaque usager en particulier). Ainsi conçues, les salles de consommation à moindre risque participent de l’approfondissement d’une politique déjà bien engagée dans le champ de la lutte contre les drogues et les addictions : la réduction des risques. Comme cela vient d’être relevé à propos des salles de consommation à moindre risque, cette politique se veut pragmatique : il s’agit d’accompagner des pratiques constatées pour en diminuer les incidences nuisibles. Ce faisant, cette politique s’articule difficilement avec le modèle premier et encore dominant en la matière : le modèle prohibitionniste. Reposant notamment sur la liaison de la répression pénale et de la médicalisation de la consommation de drogues illicites, le modèle prohibitionniste poursuit un objectif autrement radical : l’éradication des drogues, notamment par le sevrage ou l’abstinence des usagers effectifs ou potentiels.

Mardi 7 novembre

  • Expérimentations étrangères de SCMR
  • Entre limites du modèle prohibitionniste et résistances à la politique de réduction des risques
  • Prolégomènes : Angles de la pratique
  • Quels acteurs pour quelles actions ?

Mercredi 8 novembre

  • Espace et temps, entre rupture(s) et continuité(s)
  • Autonomie personnelle, principe et limites
  • Internormativité et distribution du pouvoir dans la Cité
  • Perspectives d’évolution de la politique de la lutte en matière de drogues

Lieu : Amphi 3 Faculté de droit 9 rue Jean Macé à Rennes

Inscription obligatoire

Toutes les informations ici
Télécharger le programme complet

https://www.federationaddiction.fr/agenda/colloque-sur-les-salles-de-consommation-a-moindre-risque/