Projet de recherche “GENDER ARP”: une étude transnationale France – Canada – Belgique

Addiction, risques et rétablissement dans un contexte de précarité sociale : comment mieux prendre en compte les situations et besoins complexes en prenant en compte le genre et les différents âges de la vie

Investigateurs principaux : Karine Bertrand (Canada), Marie Jauffret-Roustide (France) et André Lemaitre (Belgique)

La littérature existante sur les usagers de substances psychoactives (SP) est principalement centrée sur les hommes, qu’ils soient liés à leur consommation de SP ou à leurs pratiques sexuelles, en lien avec les risques de transmission de maladies infectieuses. Ce focus a souvent donné lieu à la création de services avec une approche biomédicale, qui accordent peu de place à la prise en compte des vulnérabilités diverses des usagers de SP ou à celle de leurs capacités personnelles. Les profils et pratiques des femmes usagères de SP ne sont que rarement étudiés du fait de leur faible visibilité dans les structures de réduction des risques et les services d’addictologie. De même au regard des minorités sexuelles et de l’étude des addictions aux différents âges de la vie.

Les trajectoires d’intégration sociale des usagers de SP, tout comme leurs trajectoires de consommation de SP, d’une part, la notion d’environnement du risque et d’intersectionnalité ainsi que l’intégration du stigma et des interactions dynamiques des multiples identités sociales, d’autre part, nécessitent d’être davantage étudiées pour améliorer les interventions visant à répondre aux besoins spécifiques de la diversité des usagers, notamment liés au genre et aux moments de vie.

Le projet GENDER ARP vise à améliorer la compréhension du rôle du genre et de l’âge sur l’usage de drogues, les risques pour la santé et les trajectoires de soin, de façon à produire des connaissances pour le développement de services intégrés qui adresseront les besoins complexes des usagers, sur les plans social et sanitaire. Etude transnationale entre le Canada, la France et la Belgique, le projet propose de:

1) identifier les vulnérabilités et capacités spécifiques des personnes avec un TLS qui font face à la précarité sociale, en lien avec les trajectoires d’usage de substances au cours de la vie et des comportements à risques associés ;

2) comprendre les trajectoires de recours aux services et de soin au cours de la vie dans cette population, en lien avec les trajectoires d’usage de substances et les comportements à risques associés ;

3) guider le développement de services intégrés sur le long terme qui adresseront davantage les besoins complexes de cette population.

Pour plus de détails, rendez vous à la rubrique Recherche et sur le site dédié du projet GENDER ARP

Décloisonner la gestion des drogues : vers une approche axée sur le développement

Série d’ateliers en ligne – Novembre 2020 à juin 2021

Les liens entre drogues, développement durable et droits humains constituent une problématique émergente des débats scientifiques et politiques internationaux autour des substances psychoactives. Pourtant, malgré une recherche florissante et des initiatives de terrains prometteuses, la question de l’articulation entre les recours aux drogues, la question des droits humains, du lien social et des modifications économiques, politiques, sociales et culturelles induites restent peu appréhendées du moins marginale des discussions inter-acteurs en France.  Cibles de l’Agenda 2030 des Objectifs de développement durable, la problématique des drogues est plus que jamais plurielle et multidimensionnelle. L’environnement socio-économique et les positionnements sociaux des acteurs usagers et/ou participant au commerce illicite constituent désormais des facteurs explicatifs centraux des recours aux drogues. Des réalités que la récente pandémie de la Covid-19 a accentué.

Le réseau D3S est l’un des premiers acteurs de recherche à avoir donné une visibilité à ces questions en France. Associé à l’initiative Daleth research – (Drug policy AnaLysis, Evaluation & THinking), Médecins du Monde, et en coopération avec la plateforme d’échanges internationaux consacré, le Drugs and Development Hub, le réseau a co-organisé une série de 6 ateliers thématiques « Décloisonner la gestion des drogues : vers des approches axées sur le développement » (nov-2020- juin 2021) afin de mieux appréhender cette articulation.

Faisant intervenir des chercheurs francophones, des experts internationaux, et des acteurs de la société civile et du secteur privé, ces ateliers ont permis d’engager cet agenda de recherche et d’élargir la base de connaissance francophone dans une démarche pluridisciplinaire et inter-acteurs autour des thématiques suivantes :

  • Atelier 1 – Savoirs et méthodes : De la multi-dimensionalité des drogues
  • Atelier 2 – Interstices nationaux : Faire du développement « sans le savoir » – Tour d’horizons des expériences locales françaises
  • Atelier 3 « Perspectives croisées » Les défis socio-économiques liés aux drogues Terrains d’outre-mer et étrangers
  • Atelier 4 – Défi mondial : Vers une approche axée sur le développement et les droits humains : Innovations et instruments stratégiques au niveau international
  • Atelier 5 « Perspectives régionales » L’économie illicite des drogues en Afrique Vulnérabilités et intersectionnalités en pays francophones.

Pour les programmes et plus d’information, merci de cliquer ici