Recherche

Gender Arp – Addiction, risques et rétablissement dans un contexte de précarité sociale : comment mieux prendre en compte les situations et besoins complexes en prenant en compte le genre et les différents âges de la vie

Investigateurs principaux : Karine Bertrand (Canada), Marie Jauffret-Roustide (France) et André Lemaitre (Belgique)

La littérature existante sur les usagers de substances psychoactives (SP) est principalement centrée sur les hommes, qu’ils soient liés à leur consommation de SP ou à leurs pratiques sexuelles, en lien avec les risques de transmission de maladies infectieuses. Ce focus a souvent donné lieu à la création de services avec une approche biomédicale, qui accordent peu de place à la prise en compte des vulnérabilités diverses des usagers de SP ou à celle de leurs capacités personnelles. Les profils et pratiques des femmes usagères de SP ne sont que rarement étudiés du fait de leur faible visibilité dans les structures de réduction des risques et les services d’addictologie. Peu d’études ont examiné l’usage de SP chez les minorités sexuelles ou de genre. Ces personnes subissent des expériences de stigmatisation et de discrimination qui affectent leur santé physique et mentale, et ont souvent un état de santé dégradé, notamment en termes de prise de risques et de consommation d’alcool et de SP. Par exemple, l’expérience de la stigmatisation et de la discrimination des personnes en fonction d’une diversité genrée incluant la population trans montre que leur santé physique et psychique en est affectée, notamment les consommations de produits psychoactifs, indiquant la présence d’une dimension syndémique qui intègre l’environnement socioculturel, les comportements et la biomédecine.

Cela implique la nécessité de prendre en considération la dimension sociale et psychologique, la notion d’environnement du risque et d’intersectionnalité ainsi que l’intégration du stigma et des interactions dynamiques des multiples identités sociales, de façon à développer des services qui prennent en compte la notion de genre et qui répondent aux besoins spécifiques de la diversité des usagers de SP.

La perspective des addictions aux différents âges de la vie est presque inexistante. Très peu d’études documentent les besoins relatifs aux services de soins de santé parmi les jeunes adultes avec des troubles liés aux substances (TLS), et peu de services ont été mis en place spécifiquement pour cette population. Les jeunes adultes avec des TLS font face à de nombreuses barrières spécifiques à leur jeune âge qui les empêchent d’accéder aux services, comme des obstacles liés à l’emploi ou au contexte familial. Le vieillissement est également un facteur de vulnérabilité, en particulier dans un contexte de précarité sociale et économique important. Les trajectoires d’intégration sociale des usagers de SP, tout comme leurs trajectoires de consommation de SP, nécessitent d’être davantage étudiées pour améliorer les interventions visant à répondre aux besoins des usagers vieillissants et des usagers dans des situations de prise en charge chronique.

L’objectif général de cette étude transnationale entre le Canada, la France et la Belgique est d’améliorer la compréhension du rôle du genre et de l’âge sur l’usage de drogues, les risques pour la santé et les trajectoires de soin, de façon à produire des connaissances pour le développement de services intégrés qui adresseront les besoins complexes des usagers, sur les plans social et sanitaire. Les trois objectifs spécifiques du projet prennent en compte les aspects de genre et d’âge, pour : 1) identifier les vulnérabilités et capacités spécifiques des personnes avec un TLS qui font face à la précarité sociale, en lien avec les trajectoires d’usage de substances au cours de la vie et des comportements à risques associés ; 2) comprendre les trajectoires de recours aux services et de soin au cours de la vie dans cette population, en lien avec les trajectoires d’usage de substances et les comportements à risques associés ; 3) guider le développement de services intégrés sur le long terme qui adresseront davantage les besoins complexes de cette population.

Les méthodes suivantes seront combinées : des entretiens semi-directifs sur l’usage de SP, les risques pour la santé et les trajectoires de soin (n=270, 90 par pays) ; une revue systématique de la littérature; des conférences de consensus avec des panels d’experts (n=3 groupes de 12-15 participants, 1 par pays). L’étude des différents contextes liés à l’usage de SP, les risques pour la santé et les services, à la fois en France, en Belgique et au Canada, permettra de produire des connaissances contextualisées pour améliorer les services dans leur prise en compte du genre et de l’âge, aux niveaux local et international, et dans leur adaptation aux besoins complexes de populations vulnérables spécifiques, sur les plans social et sanitaire.

Pour plus d’information sur le projet Gender Arp, visitez le site dédié ici.